chirurgie-esthetique-tiguemounine

:: Chirurgie réparatrice





La chirurgie reconstructrice (ou chirurgie réparatrice des seins, du ventre, du nez etc...) est une branche très importante de la spécialité.

L'objectif de cete chirurgie a été initialement une restoration des structures détruites par un traumatisme, par exemple : les traumatismes balistiques pendant la seconde guerre mondiale ("les gueules cassées").

La mutilation peut avoir de nombreuses autres causes :

- la chirurgie elle-même : enlever chirurgicalement une tumeur peut entrainer un large manque tissulaire ("perte de substance") 

-une infection, une maladie, une brulure qui a détruit les tissus: peau, nerfs, tendons, os...

Ainsi les techniques de chirurgie plastique ont permis de remplacer ces pertes de tissus, de façon à obtenir une cicatrisation de ceux ci.

Le principe de ces techniques est plus ou moins de prélever les tissus dans une localisation avoisinante ou ils sont abondants et sains, pour les transférer là ou ils manquent (on déshabille un peu Pierre pour couvrir Paul)

Peu à peu, les recherches en anatomie chirurgicale ont permi de mieux comprendre comment les tissus

sont nourris par les vaisseaux sanguins (la vascularisation). Ces progrès ont permi d'augmenter le taux de succès de ces transferts (ces tranferts de tissus s'appellent des lambeaux chirurgicaux).

Les progrès techniques (utilisation du microscope) ont révolutionné la  chirurgie plastique dans les années 70. Il apparaîssait possible de tranférer des tissus non plus avoisinants, mais très lointains (muscle et peau du dos pour couvrir le pied, par exemple). Ainsi le tissu en question est "débranché" avec ses vaisseaux propres de sa localisation originale, puis est "rebranché" là ou il est plus utile.

Ainsi la microchirurgie venait de rendre un grand service à la chirurgie réparatrice, donnant les moyens de se mettre à distance de la zone malade, pour le prélèvements de tissus sains.

Une des applications bien connues de la microchirurgie est la réimplantation de segments de membres amputés. 

Une dernière application très récente a été de chercher les tissus encore plus loin...Chez quelqu'un d'autre ! Ainsi quelque cas de greffes de main à Lyon, de visage à Amiens ont été réalisés.

Cette dernière chirurgie, bien que formidable sur le plan technique, doit continuer à rester dans les limites de l'intérrêt du patient, qui doit être parfaitement informé des avantages et des inconvénients de ces techniques (traitement immunosuppresseur à vie notemment).